Choisir un conseiller - Exelmans Patrimoine
16255
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16255,page-child,parent-pageid-16326,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-9.1.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Comment bien choisir son conseiller ?

Le bon Conseiller en gestion de patrimoine doit réunir des qualités nombreuses : Pointu mais polyvalent, spécialisé mais avec une vision globale. Et surtout, réellement indépendant et fondamentalement soucieux de l’intérêt exclusif de son client, capable de fournir des conseils spécifiques et adaptés.

Un bon conseiller doit avant tout être un généraliste qui dispose d’une vision globale, tant sur les solutions disponibles que sur l’environnement fiscal et patrimonial. Concernant sa capacité à répondre aux besoins, même les plus techniques de ses clients, le conseiller lorsque la situation l’exige, peut s’appuyer sur un réseau d’experts pour encadrer au mieux la demande des clients.

Indépendance : On comprend que la liberté de choix du conseiller rend ses recommandations plus pertinentes.

Disponibilité : Elle constitue également un critère d’importance dans le choix d’un conseiller. L’épargnant a plus intérêt à se rapprocher d’un cabinet à taille humaine, susceptible de lui apporter les conseils dont il a réellement besoin, plutôt que de traiter avec un gros cabinet dont il ne sera qu’un dossier parmi d’autres.

 

Les banques privées affichent l’ambition d’offrir un service de qualité et les moyens dont elles disposent sont souvent importants. Pourtant le résultat est souvent décevant car de nombreux conflits d’intérêts viennent altérer cette ambition et le plus souvent il n’y a pas réellement de stratégie personnalisée.

C’est pour cela que confronté à des situations de plus en plus complexes, un client se tournera en priorité vers un conseiller en qui il a confiance : la qualité de la relation comptant beaucoup plus que la taille de la structure.

Le client attend de son CGPI des recommandations financières, juridiques et fiscales qui sont à adapter en fonction de sa situation personnelle et patrimoniale. La valeur ajoutée du CGPI réside dans sa capacité à intégrer, dans son allocation d’actifs, les contraintes du client et ses évolutions personnelles et professionnelles (changement de situation familiale, départ à la retraite, changement de poste, etc.), mais aussi à réagir aux évolutions du marché et à impacter ses allocations d’actifs en conséquence.

Pour ne plus subir, mais choisir : Reprenez la maitrise de votre patrimoine !